Mobirise Web Site Builder

Ne cherchez plus dehors ce que vous avez dedans

Le rêve prédit des bouleversements 
qui vont changer le monde

Les avertissements de Jung

Dans l'étude précédente sur l'alchimie, vous avez vu la réalité renversante que nous révèlent les rêves : la divinité ne se présente pas dans les rêves sous la forme d'une force exclusivement d'amour. Non. Elle apparait sous la forme d'une complémentarité des contraires, une "complexio oppositorum" dans le latin des médecins alchimistes, qui, il y a plusieurs siècles, avaient déjà reconnu ce fait et le tenaient secret.

Voilà ce que Jung a constaté au cours de ses recherches. Et de mon côté, je l'ai constaté aussi. L’analyse des rêves actuels donne raison à Jung, qui écrit :

« Cette représentation de Dieu sous l’image ou l’idée d’une complémentarité des contraires est en train de pénétrer dans l’homme, et cela, non pas sous la forme d’une unité, mais sous celle d’un conflit, la moitié ténébreuse de l’image se heurtant à la représentation déjà reçue que Dieu est lumière (C'est exactement le cas du rêve où Dieu apparait avec une queue de scorpion).

C’est ce processus qui se joue à notre époque, sans que les maîtres responsables des hommes l’aient compris… encore que ce serait leur tâche de discerner ces déroulements… On demeure aveugle, comme d’habitude, à ce qui…se déroule dans l’âme humaine. »  

Nous sommes ainsi en train d’assister à un processus de transformation de l’archétype ou image divine, « sans que les maîtres responsables des hommes l’aient compris ».  

Or Jung nous avertit : il est d'une nécessité vitale de comprendre le sens de ces transformations. A la fin de sa vie, lors d'une interview en 1959, il prévient : « Je suis, à très franchement parler, profondément inquiet pour le sort de ceux qui vont aborder ces événements sans y être préparés et qui les subiront sans pouvoir les saisir. A ma connaissance, personne ne s’est senti tenu jusqu’ici de considérer en face les transformations à prévoir, ni de chercher à les exprimer. ».

Jung, en 1959 parlait de transformations à prévoir. Qu'en est-il aujourd'hui, 60 ans plus tard ? Les rêves nous montrent-ils ces transformations ? Oui ! Oh combien !


Quelles sont donc ces transformations ?

Le rêve annonce l'écroulement du christianisme traditionnel

Selon la tradition religieuse, Dieu est "le Bien Suprême" et notre tâche sur la terre est de vivre, de penser, d'agir selon cette conception du Bien. Les rêves cependant insistent sans relâche sur le danger de cette représentation limitée de la divinité, dont le mal est exlu. Je ne cesse de le montrer dans mes livres et sur mon blog. Quant à Jung, une vision terrible est venu lui annoncer très tôt dans sa vie l'effondrement de cette doctrine.


Vision : Dieu chie sa merde sur la cathédrale

Il y a 130 ans, à 12 ans, Jung est assailli par une vision : « Par un beau jour d’été de cette année 1887, en revenant du collège à midi, je passais sur la place de la cathédrale. Le ciel était merveilleusement bleu dans la clarté rayonnante du soleil. Le toit de la cathédrale était scintillant…j’étais bouleversé par la beauté de ce spectacle et je pensais : « Le monde est beau, l’église est belle et Dieu a crée tout ça et il siège au-dessus de tout dans le ciel bleu sur un trône en or… ».

« Là-dessus, un trou, et j’éprouvais un malaise étouffant. J’étais comme paralysé et je ne savais qu’une chose : maintenant, surtout ne pas continuer à penser ! « Quelque chose de terrible risque de se passer ; je ne veux pas le penser.. Pourquoi pas ? Parce que tu commettrais le plus grand péché qui soit …le péché contre le Saint Esprit…»

Pendant trois jours l'adolescent lutte contre cette vision et refuse de la regarder. Puis il comprend que c'est Dieu qui lui demande de la prendre en considération ; lui, il n'a rien demandé et il ne le veut pas. C'est alors qu' il comprend que Dieu lui demande aussi un acte d'obéissance.

« Serait-ce qu’Il veut mettre mon obéissance à l’épreuve en m’imposant la tâche extraordinaire de faire ce contre quoi je me cabre de toutes mes forces, parce que j’ai peur de la damnation éternelle ? Car ce serait pécher contre mon propre jugement moral, contre les enseignements de ma religion et même contre son propre commandement…

...Dieu, à ce qu’il me semble, veut également mon courage » pensai-je…

Je rassemblai tout mon courage, comme si j’avais eu à sauter dans les feux des enfers, et je laissai émerger la pensée. »

Devant mes yeux se dresse la belle cathédrale et au-dessus d’elle le ciel bleu ; Dieu est assis sur son trône d’or très haut au-dessus du monde et de dessous le trône il chie une énorme merde qui tombe sur le toit neuf et chatoyant de l’église ; il le met en pièces et fait éclater les murs.

C’était donc cela ! Je ressentis …une indescriptible délivrance ; au lieu de la damnation attendue c’était la grâce qui était descendue sur moi et avec elle une indicible félicité… J’avais fait l’expérience… de la volonté de Dieu… le Dieu vivant, immédiat, qui se tient tout puissant et libre au dessus-de la Bible et de l’Église, qui appelle l’homme à sa liberté et qui peut aussi le contraindre à renoncer à ses propres opinions et convictions pour accomplir sans réserve sa volonté…


Ces considérations de Jung sont inoubliables

Qu'advient-il de la cathédrale, symbole de l'Église traditionnelle ?

Une énorme merde, projetée par Dieu fait éclater la cathédrale resplendissant dans le soleil. Ainsi c’est le dieu lui-même qui détruit le sanctuaire grandiose de son culte.  

Jung commentant son rêve explique : « Dire que Dieu chie sur l’église signifie que l’Église l’emmerde. ».  

Anièla Jaffé, sa secrétaire, petite bourgeoise bien pensante... et malhonnête, fut incapable de saisir la puissance de la vision de Jung, elle se permit de supprimer cette note de son livre. Jung entra en fureur quand il le constata. 

La réaction d'Aniéla Jaffé présageait des résistances qui accueilleraient le changement de paradigme, ce changement de regard sur la divinité.

Cette vision, reçue il y a 130 ans, serait-elle l'annonce prophétique concrète de la destruction systématique des lieux chrétiens, de tous les actes de vandalisme où l'on détruit les croix à coups de hache, tague les murs des églises, décapite les statues, profane le tabernacle, souille de merdre les autels, brûle les églises, tous les jours ? 

Serait-elle aussi l'annonce prophétique des ravages de la christianophobie, de ces temps actuels où l'on harcèle les chrétiens partout de par le monde, on les enferme, on les torture, on les martyrise, on les tue ?

Quelle douleur !


Et si la vision de Jung était la seule, on pourrait en douter ou encore la passer sous silence !

Mais moi, je ne peux pas, on m'a confié des rêves similaires. Voyez un peu celui-ci :


"Le Mont Saint Michel va être submergé par la marée, tout va changer !"

Depuis plusieurs années bien des personnes se sentent très concernées par la vague de christianophobie qui déferle en France et dans le monde occidental. D’un côté elles considèrent que l’Église traditionnelle défend certaines positions contestables, de l’autre, en tant que chrétiennes,elles souffrent de voir combien l’image du Christ est martyrisée, elles sont révoltées de constater l’inertie, la lâcheté des églises protestantes comme catholiques quand il s’agit de défendre cette image sacrée de l’âme. Voir l'article sur mon blog en 2011.


L'une de ces personnes dans mon entourage reçut alors en 2010 un rêve prophétique. Cette femme simple et modeste ne cherche pas à se mettre en avant. Comme Jung, le psychiatre suisse, elle sait par expérience que Dieu existe. Et c'est pourquoi, reprenant à son compte le titre du best-seller de l’écrivain André Froissard, chroniqueur au Figaro, elle affirme tranquillement à son tour : « Dieu existe, je l’ai rencontré ».

Voici son rêve et vous pouvez ainsi constater que nul n’est besoin d’être un grand homme pour recevoir un rêve prophétique.

Je suis dans un petit coin à l’écart, avec quelques personnes de mon entourage. Je vois alors Dieu venir à nous. Il nous demande de sortir du retrait où nous nous trouvons. Il nous dit : « Vous ne saurez pas où vous allez, vous serez menés. Vous devez rester ensemble. Vous n’avez rien à craindre. ».

Et il ajoute cette parole étrange :

« Le mont Saint Michel est en train de disparaître dans l’océan, il va être submergé sous la marée. Tout va changer. ».

Elle se réveille, stupéfaite, intriguée, inquiète et remplie de reconnaissance. Ainsi, à son tour, elle fait cette expérience millénaire où Dieu parle directement dans les rêves. Et comme dans les rêves d’il y a 2000 ou 3000 ans, aujourd’hui encore, Dieu donne un ordre : sortir de son retrait et Il insiste : « N’ayez pas peur, ne craignez rien. ».


Saint Michel Archange



Que comprendre ?
Le Mont Saint Michel est le haut lieu de l’archange Saint Michel, le symbole de la lutte et du triomphe du Bien contre le Mal.
Le rêve annonce donc que ce haut lieu, symbole de cette lutte pour faire triompher le bien du mal, est en train d’être englouti par les eaux.
Cette marée qui submerge notre conception du bien et du mal, c’est d’abord l’athéisme de nos compatriotes, puis la vague déferlante de la barbarie de l’islamisme rampant ou galopant.
Notre civilisation chrétienne avec ses normes et son opposition douloureuse, son conflit déchirant entre le bien et le mal, est en train de disparaître.



Tout va changer dit le rêve, cela indique que nos valeurs, notre façon de voir la vie, de juger et de trancher, de choisir, d’agir, tout va changer.
Que faire alors ?
Il nous faudra sortir de l’église traditionnelle qui sombre sous les eaux, 
Il nous faudra chercher notre voie, poursuivre notre vie dans notre embarcation personnelle, parce qu’il n’y aura plus de guide qui impose une loi extérieure, plus d’ Église pour décider de ce qui est bien et de ce qui est mal.

Le monde de One Piece
Lazarus, Come Out, de Matt Andrade (2004)



Mais il y a un moyen qui existe depuis que l’homme existe : c’est la vie intérieure et le rêve, la voix de Dieu en nous, qui nous parle, qui nous guide, pour aller sans peur, alors, nous aurons appris à écouter cette voix intérieure. Nous ne chercherons plus à escalader le ciel pour y trouver ce dieu désincarné qui ne s’y trouve pas, mais nous aurons compris que ce dieu extérieur inaccessible est en fait tout près, présent en nous, dans notre église intérieure.
Nous serons alors en contact avec ce que nous sommes authentiquement, non plus dans les idées mais dans le respect de ce que nous ressentons profondément, dans l’écoute de la vie instinctive, l’instinct étant une donnée aussi bien physique que spirituelle.
Dieu le créateur a fait le monde. Il nous a fait à son image, créateurs et créatrices nous aussi, pour qu’à notre tour nous participions à sa création, pour que nous la poursuivions.



N’ayez pas peur, dit le rêve, tout va changer.
Oui, au lieu d’avoir peur, on osera, on entreprendra, on laissera sa créativité se déployer. On n’aura plus peur de mal faire.
Les années de changement annoncé impliquent que nous surmontions bien des problèmes, que nous changions d’état d’esprit et la plus grande difficulté est celle-ci : la difficile reconnaissance du mal, comme principe de transformation, sans lequel il ne peut y avoir de création.
Ainsi, dans les années à venir, les événements qui vont faire disparaître le Mont Saint Michel vont nous obliger à sortir du connu pour aller vers l’inconnu, ces événements vont nous apprendre, je le répète, à agir selon nos ressentis intérieurs et non des idées et des normes extérieures.
Toutes nos valeurs seront modifiées, nous nous serons élargis en changeant notre conception du bien et du mal, en comprenant le fait qu’un mal peut aussi créer un bien et inversement. « Nous considérerons avec la même attention le mal et le bien, car tous deux font partie du clair obscur de la vie. » (C.G. Jung)
Alors, nous serons ces chercheurs qui arrivent
« Aux bords mystérieux du monde occidental
Regardant monter en un ciel ignoré
Du fond de l’océan des étoiles nouvelles. ».
(Les Conquérants, José Maria de Hérédia)

Erat Ionas In Ventre Piscis Tribus Diebus Et Tribus Noctibus, de Matt Andrade (2007)
Statue du Christ qui s’effondre lors d’une catastrophe aux Philippines

Une énorme statue de Jésus tombe et se casse

Voici encore un rêve choisi parmi beaucoup d'autres. Comme les deux précédents, ce rêve montre que l'image du dieu dans l'âme s'effondre. Ici c'est l'image du Christ, le fils du dieu d'amour venu sur terre.
« Vos jeunes gens auront des visions » déclare l'Eternel à Joël. C'est bien le cas de cette jeune femme actuelle qui rêve :

Je travaillais au Mc Do, et y a un monsieur qui est venu passer sa commande, puis il m'a demandé de lui montrer autre chose dehors et j'y suis allée. J'étais assez pressée de rentrer car j'avais laissé le boulot comme ça, et sur la route, au retour, les gens deviennent fous, courent partout comme des malades, ou meurent sur les trottoirs... et là y a une énorme statue de Jésus qui tombe et se casse.

Je me suis cachée car il y avait de plus en plus de choses étranges.

Ici encore le rêve montre que l'idéal d'amour s'effondre.

Vous trouverez sur mon blog les explications détaillées de ce rêve.

© Christiane Riedel